A l’aube de l’entrée en vigueur de l’Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l’Union Européenne, les relations économiques et commerciales entre les deux territoires ne cessent de se renforcer.  ​Bien que la proximité géographique ainsi que les accès « facilités » au marché nord-américain par l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA) font des Etats-Unis un acteur de premier plan pour les sociétés canadiennes, on ressent actuellement une dynamique réelle qui s’installe dans les relations bilatérales entre la France et le Canada.

En effet, la France constitue une porte d’entrée sur le continent européen mais aussi vers l’Afrique et le Moyen-Orient.
Plateforme vers l’Europe et son marché unique comptant plus de 500 millions d’habitants à fort pouvoir d’achat, mais aussi tremplin  idéal vers les marchés d’Afrique et du Moyen-Orient, les entreprises canadiennes ont le plus grand  intérêt à tirer profit des avantages offerts par la France.

Aspects juridiques de l’implantation : Afin de créer une entreprise en France ou implanter une entreprise étrangère, il est important de connaitre la règlementation spécifique qui s’applique. Le choix de la structure juridique dépend de l’objectif de la société étrangère. Les domaines d’interventions varient et les formalités sont plus ou moins lourdes en fonction de la structure d’implantation.

Implantation temporaire et prospection du marché français ; Implantation permanente ; Comparaison entre les principales formes juridiques.

Intégralité de l'article dans le Guide des affaires franco-canadiennes 2016

Membres corporatifs

© 2019
Chambre de Commerce France-Canada. Site web propulsé par memboGo.