Publié le 01/10/2019 à 10h00 l La Montagne Entreprendre l Laurent Bernard.

L’Auvergne a une carte à jouer avec le Ceta, un accord de libre-échange entre Canada et Europe. La Chambre de Commerce France-Canada et Business France disent pourquoi.
En vigueur depuis deux ans, le CETA, accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada, fait déjà ressentir ses effets. « Au cours du premier semestre 2019, les exportations françaises vers le Canada ont augmenté de 10 %, c’est énorme », assure Daniel Jouanneau, président de la chambre de commerce France-Canada. L’ancien ambassadeur vient d’animer à Lyon une conférence intitulée « Exporter et investir au Canada. Comment tirer le meilleur parti du Ceta ? » Voici cinq raisons de s’intéresser à ce marché.
1. Les droits de douane ont disparu

« Quand vous parlez de produits français, on vous répond encore : “ouh là, ça va être cher”. Mais plus maintenant, car avec les taxes disparues à la douane, on gagne jusqu’à 10 % », a insisté Isabelle Raux, du bureau Business France à Montréal. « Décathlon est en train de faire un tabac avec ses vélos fabriqués en France, car seuls sont détaxées les marchandises produites en Europe », a ajouté Daniel Jouanneau.

2. L'agroalimentaire a une carte à jouer

Les accords du Ceta ont permis de protéger des appellations contrôlées. « On pouvait fabriquer de la fourme au Canada. Plus maintenant. C’est pour cela que les exportations de fromages français, mais aussi de charcuterie, explosent », assure Daniel Jouanneau.
...
Lire l'article 

Membres corporatifs

© 2019
Chambre de Commerce France-Canada. Site web propulsé par memboGo.